Partner im RedaktionsNetzwerk Deutschland
AccueilPodcastsMusique
RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

Podcast RFI - Musiques du monde
Podcast RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

ajouter

Épisodes disponibles

5 sur 23
  • #SessionLive x 2 avec Maïa Barouh et El Comunero
    Notre 1ère invitée est l’artiste franco-japonaise Maïa Barouh qui sort un nouvel album Aïda chez Saravah. Chanteuse, flûtiste, auteure, compositrice et arrangeuse, Maïa Barouh est une artiste unique mélangeant les chants ancestraux japonais avec du rap franco-japonais, groove, électro, chanson avec une grande liberté. L’une de ses particularités est sa grande technique vocale - largement inconnue provenant d’une île au sud du Japon qu’elle associe à sa flûte traversière, percussive et insolente. La presse allemande la nomme «la Shaman punk!» Maïa a cette capacité exceptionnelle à réaliser des mélanges improbables. C’est de là que naît son style inimitable et reconnaissable. Bercée par la musique dans le sillage de son père Pierre Barouh, Maïa se met très tôt aux instruments comme le piano, la guitare et la percussion. Mais, la flûte a été sa première arme pour affronter le métier. Elle débute sa carrière à 16 ans dans l’underground tokyoïte en jouant de la flûte dans des groupes de rock, saxophone dans une fanfare de rue japonaise, accompagnant drag-queens, danseurs stripteaseurs, des musiciens griots guinéens, brésiliens.... Avant de monter son propre groupe fondé de basse électrique et percussions, où son chant deviendra central avec lequel elle enchaînera des concerts et tournées dans tout l’archipel. Après 11 ans de carrière au Japon, la rencontre et collaboration avec le célèbre producteur Martin Meissonnier (Fela Kuti, Robert Plant & Jimmy Page, Khaled, Don Cherry, Manu Dibango...) la fera venir à Paris pour réaliser l'album «Kodama» qui la fera tourner dans toute l’Europe, pendant 5 ans, avant de préparer son tout nouveau projet «AIDA». AIDA veut dire entre deux en japonais. C’est un album évoquant son identité franco-japonaise, le racisme asiatique, l’exode et le féminisme.   Produit par Maïa sur plusieurs années, réalisé par MAJiKer (producteur anglais connu par son travail avec Camille ou Berywam), le coeur de sa recherche a été de composer à partir de sa base qui est le chant et la flûte, et trouver une manière naturelle de mélanger ses deux langues en travaillant avec la rappeuse Elea Braaz, pour trouver la justesse des mots français sur des mélodies ancestrales japonaises, ou faire sonner du français comme du japonais sur un rap. En même temps que la sortie de son nouveau single et clip stupéfiant de TOKYO ONDO qui a fait plus de 50 000 vues en 1 semaine, Maïa se challenge à nouveau pour la scène. Contrairement à son album produit avec des sonorités électro, elle décide de se lancer seule en guitare voix car oui, personne le sait, mais Maïa joue aussi de la guitare et a un sacré style rock, groove avec des sonorités des fois brésiliennes ! Vous pouvez la voir se produire à Paris et dans ses régions. Avec sa grande expérience de la scène, sa folie, son énergie volcanique et sa musicalité sans frontières, Maïa Barouh nous emmène au cœur de ses racines où mélancolie et transe, groove et musique électronique, rap et chant ancestraux se côtoient, et saisit le public par sa voix qui vous prend aux tripes !    Titres interprétés au Grand studio - Hafu Live RFI voir le clip  - Ringo, extrait de l’album Aïda voir le clip  - Tokyo Ondo Live RFI voir le clip.    Line Up : Maïa Barouh, chant, Aksel Bahouche, claviers, machines, Delphine Langhoff, batterie. Son : Mathias Taylor, Benoît Letirant. ► Album Aïda (Saravah 2022). Maïa Barouh à lire sur RFI Musique (2015).   Puis, nous recevons El Comunero pour la sortie de l’album Raices y Semillas. Tomas Jimenez est auteur-compositeur et interprète. Chanteur et multi-instrumentiste (cordes et percussions), il officie au sein du groupe EL COMUNERO, qu’il constitue en 2008 en hommage à son grand-père, combattant Républicain Espagnol. Le groupe sort son 5ème album Raices y Semillas. Dès 1998, il a créé le groupe de chanson française L’AIR DE RIEN avec qui il fera ses premières armes sur les scènes de France, d’Espagne, de Suisse et de Belgique et avec qui il enregistrera notamment deux chansons avec les OGRES DE BARBACK (un million d’enfants, la route du rom). Il collabore également avec de nombreux artistes comme en 2013, où il se produit sur scène et enregistre un mini-album avec le groupe ZEBDA pour un hommage à Victor Jara, ou sur l’album hommage à Mano Solo des Hurlements d’Léo paru en 2015 et l’album Mondial Stéréo de HDL. Il compose des musiques de documentaires (Angel, une enfance en exil, La traversée solidaire, etc.), de pièce de théâtre (Fragments d'Exil) et de films d'animation (Boléro-Paprika pour lequel il obtient le prix de la meilleure bande-son de court métrage animé au festival international «Voix d'étoiles 2018», Par-dessus tout, Rojava...). Il anime également, depuis plusieurs années, des ateliers d'écriture en milieu scolaire, en milieu carcéral ou auprès de réfugiés notamment avec la CIMADE. Il est aussi auteur de nouvelles (dans les recueils Brigadistes aux éd. du Caïman en 2016, 1917, Octobre Rouge Nouvelles Noires aux éd. Arcane17 en 2017, Des Nouvelles de Mai 68, éd. Du Caïman en 2018), MAUVAISE REPUTATION aux éd. Arcane17, Une Plongée dans le Noir à paraître en 2023 aux éditions M+, et de contes pour enfants (Mondial stéréo, livre/disque des Hurlements d'Leo paru en oct. 2019).   Titres interprétés au Grand studio - La Balade de Cara Quemada Live RFI - Rosario dinamitera, extrait de l’album Raices y Semillas - Destellos de Esperanza Live RFI.   Line Up : Thomas Jimenez, chant, guitare), Jocelyn Gallardo, accordéon. Son : Benoît Letirant et Fabien Mugneret ► Album Raíces y Semillas (Tu Veux Qu’on En Parle 2022) chaîne YouTube El Comunero.
    11/20/2022
    48:30
  • «Autour d’ Une Mer de larmes», nouvel album de Denez Prigent. Entretien fleuve
    Là, entre les vivants et les morts, entre le visible et l’invisible. Là, monte la plainte éternelle de la Gwerz, magnifiquement incarnée par la voix de Denez. À découvrir sur son 12ème album  «Ur mor a zaeloù – Une mer de larmes». Denez Prigent rassemble plus de 60 millions de vues sur YouTube. Son titre Gortoz a ran, BO du film Black Hawk Down, de Ridley Scott et du film Les Seigneurs d’Olivier Dahan, repris dans les séries culte US South Park et Hawaii 5-0, dans des documentaires et par de nombreux artistes internationaux, soutient en 2020 le projet caritatif Bodymod qui lutte contre les violences faites aux femmes. Suivant sa voie hors des sentiers rebattus, seul a cappella aux Transmusicales de Rennes, mariant avant l’heure chant traditionnel et musique électronique, collaborant avec le mythique rappeur du Bronx Masta Ace et le poète slameur Oxmo Puccino, s’isolant pendant dix ans pour composer 50 000 vers… Denez ose ici un album dédié à la Gwerz, ce chant tragique né au Vème siècle, qui évoque sans tabou la mort et célèbre l’amour éternel. Ur mor a zaeloù – Une mer de larmes, voici le 12ème album de Denez enregistré en pays du Trégor, dans les Côtes d’Armor dans l’Église de Saint-Brendan de Lanvellec. Dix titres qui subliment les tragédies et les souffrances d’une humanité qui s’exprime, des chants sacrés en langue bretonne emprunts d’une grande spiritualité, transmis au travers du temps comme autant d’échos aux drames contemporains et à nos propres peurs, des chants qui nous élèvent et nous ramènent à l’essentiel au plus près de nous-même.   Tourné par Arnaud Héry dans l'Église de Lanvellec, lors des séances d'enregistrement de l'album, voici le clip Ar bugel koar - L'enfant de cire.  Pas de scénario, l'idée était de partager un moment avec Denez et les musiciens, en immersion, comme si l'on était avec eux. Quelque chose de simple, d'intimiste, dans le respect des lieux. Pour sentir cette proximité, j'ai tourné entièrement au «steadycam» pour qu'il y ait cette sensation de mouvement continu mais avec légèreté. Enfin, j'ai choisi de travailler l'image dans une teinte «noir et blanc» qui met en valeur les textures et la lumière. Un noir et blanc profond qui vient soutenir l'émotion dégagée par le morceau. L’intensité des émotions, la force des récits, le jeu sensible des musiciens, et bien sûr la voix unique et vibrante de Denez qui entre en résonance avec la réverbération naturelle du granit, sont au cœur de ce nouvel album tout particulier, dédié à la Gwerz, ce très vieux chant venu des premiers âges chrétiens et druidiques quand les bardes gallois marièrent leurs chants à ceux des bardes d’Armorique. Incantatoires, solennelles, envoutantes, de grandes Gwerz réunies ici, de véritables trésors d'une immense richesse tant par leurs mélodies, leur épure musicale que par leur poésie d'une beauté à couper le souffle. Des chants mêlés de stupeur et de pleurs, de renoncement et d’acceptation, de colère et de révolte, de douleur et de renaissance, de réalité et de fantastique, et qui racontent le combat éternel des Hommes devant la vie et devant la mort - l'Ankou omniprésent jamais tabou et dont la conscience fait mieux aimer la vie. Une mort libératrice pour rejoindre l’être aimé, ou punitive, source de malheur et de souffrance. Au travers des âges, quand l’heure n’est ni à la psychanalyse, ni au développement personnel, les Gwerz exorcisent les douleurs engendrées par la main implacable d’un pouvoir aveugle, la maladie dévastatrice ou le désespoir de la perte de l’être aimé. La Gwerz a ce pouvoir cathartique d'arrêter le temps et d'effacer les tensions et les peurs un peu comme le pleur. Après avoir chanté, on se sent lavé, libéré, soulagé. Le chant par l'émotion profonde qu'il véhicule dépasse les mots. De nombreuses personnes viennent me dire après avoir entendu une Gwerz : je n'ai pas compris les paroles parce que je ne parle pas breton mais j'ai été profondément ému.   Les chants relatent des événements tragiques qui touchent la communauté : épidémies: superbe interprétation de la célèbre Peste d’Elliant à la mélodie très ancienne aux « archaïques » intercets du VIème siècle, guerres et batailles : bouleversante Gwerz du soldat Le Fur, désespoir solitaire d’E Ti Eliz Iza, famines : effroyable désolation de la Gwerz La famine de Kiev. Il y est aussi question de drames intimes, d’histoires intemporelles et tourmentées, d'amours malheureuses ou immuables, où seul l’amour absolu et idéalisé subsiste après la mort : émouvante Ma bien-aimée est morte chantée pour la 1ère fois par Denez, La fille deux fois mariée, sombre Iwan Gamus aux litanies proches des oraisons funèbres. Mensonge et trahison de L’enfant de cire, où la ritournelle entêtante presque dansante d’un saxophone répond avec légèreté à la mélancolie de la voix. Un répertoire entièrement traditionnel hormis deux compositions de Denez :  La famine de Kiev composée en 1999 et dédiée aux peuples opprimés, sur la grande famine de Kiev en Ukraine de 1932. Une interprétation renouvelée avec le chœur des enfants de la maîtrise de Saint-Brieuc. Kanañ a ran / Je chante, une poésie intimiste à la manière d’un haiku qui place l’amour au centre de tout, peu importent les tourments de la vie, un chant d’amour doux et sensible. Espoir léger d’un amour en devenir, l’album s’achève sur Deuit ganin / Venez avec moi, une Gwerz de onze minutes. Tout en épure a cappella, la profondeur du chant enraciné, incantatoire et sacré de Denez, à la source renouvelée. Une écriture efficace avec images fortes, signes, intersignes et symboles inspirés de la mythologie celtique, profane ou religieuse, irrigue cette poésie épique où la notion de destin prévaut sur sa propre histoire personnelle.  Pour marquer les esprits et imprégner les mémoires, pour que les histoires puissent se transmettre, les scènes sont dépeintes avec une grande simplicité, une concision, une économie de mots où les couleurs vives prédominent : - noir du mois de novembre, des corbeaux, de la misère, des prêtres, des charrettes charriant les morts... - rouge des hommes de Kiev, des soldats, du saignement du nez messager d’un malheur à venir, et quand le mensonge de 9 mois prend forme entre sa jupe rouge et sa chemise blanche… - blanc de la pierre, d’une robe de satin, des cierges de la ceinture de cire, du linceul, de l’enfant innocent ou des cheveux d’un vieillard… Parfois le vert d’un sapin pourtant vite destiné à mourir, le chatoiement bleuté d’une robe de satin réhaussé par le merveilleux scintillement du fil d’argent brodé ou la lumière éblouissante de cheveux d’or offerts pour couronne ou d’un anneau. Pas de teintes douces si ce n’est le mystérieux et unique clair-obscur d’un clair de lune.   Un monde où les éléments de la nature sont bienfaisants et porteurs de vie : l’air: vent, la terre : champ, pierre, herbe, récoltes, blé, rocher, chemin ou, au contraire, témoignent de souffrances et de destruction : l’eau: larmes, mer, fontaine, pluie, navire, noyade, le feu : bois, bûcher… La religion y est omniprésente, guide les conduites et rythme la vie: noces, mariage, cimetière, tombe, messe, prêtres, église, baptême, bénédictions, supplications, prières… et le quotidien est réduit au stricte minimum : maison, lit, porte, murs, clefs, coffre, écuries, greniers, charrette, nourrice. Des mots qui disent une culture où l’intimité du corps se dévoile peu : robe, cheveux, oreilles, au contraire des souffrances de l’âme, douleur absolue d’une mère ou d’un père qui perd ses trois, sept, neuf enfants, son fils, sa fille unique ou d’amoureux malheureux dont le cœur se brise, en charpie. Des mots qui osent dire la violence des sentiments et ce qu’ils peuvent engendrer : colère, mauvaises langues, sortilège, s’expriment par le tranchant des armes : fusil, sabre ou des outils du quotidien : couteau, hache.  S’inscrivant dans cette longue chaîne d’une mémoire populaire vivante, Denez transmet le feu de la tradition, imagine d’autres mots, compose comme dans Iwan Gamus et Bosenn Eliant les vers de certains couplets afin de retrouver la forme originelle du tercet, l’ancien mode de composition bardique, rapièce de belles ruines érodées par le temps auxquelles il redonne un nouveau souffle.   Playlist - Ma Bien-aimée est morte - Enfant de cire voir le clip  - Le Soldat le Fur - La peste d’Elliant - La famine à Kiev - Venez avec moi  - Kan An ran   ► Album Ur mor a zaeloù – Une mer de larmes (Arsenal Prod/ Coop Breizh 2022) chaîne YouTube Denez.
    11/19/2022
    48:30
  • Double #SessionLive avec Vieux Farka Touré et Bibi Tanga & the Selenites
    De Bamako à Bangui en passant par la rue Dauphine à Paris, 2 sessions live sur un plateau avec l’artiste malien Vieux Farka Touré et les funky lunaires Bibi Tanga & the Selenites. Notre 1er invité est Vieux Farka Touré qui présente son nouvel album Les Racines. L'éminent guitariste malien Vieux Farka Touré sort son nouvel album Les Racines sur le label World Circuit. Touré, connu comme le « Hendrix du Sahara » est le fils du défunt pionnier du « Desert Blues » Ali Farka Touré ; l'album Les Racines est le premier album de Touré sur le label et son premier depuis 2017. Le titre Les Racines souligne une profonde reconnexion avec la musique songhai du nord du Mali connue sous le nom de « Desert Blues », rendue célèbre par son père via ses propres sorties World Circuit des décennies plus tôt. Un proverbe populaire au Mali dit que le nom de famille de la vie est synonyme de changement. C'est un dicton que Vieux Farka Touré a suivi tout au long de sa carrière, au travers d'une série d'explorations et de collaborations transfrontalières aventureuses. Mais, il existe un autre adage plus universel qui dit que pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient. C'est ce besoin humain essentiel d'embrasser son héritage qui est au cœur de l'album Les Racines. Fils de feu Ali Farka Touré, considéré comme le meilleur guitariste que l'Afrique ait jamais produit, Vieux a passé deux ans à réaliser Les Racines, mais l'album était déjà en gestation dans son esprit depuis plus longtemps encore. « J'avais envie de faire un album plus traditionnel depuis très, très longtemps. C'est important pour moi et pour le peuple malien de rester connecté à nos racines et à notre histoire », explique Vieux. Il a profité de la période de confinement provoquée par l'épidémie de coronavirus, qui l'a empêché de partir en tournée, pour écrire la déclaration la plus profonde de sa carrière à ce jour.  Les Racines est le sixième album solo de Vieux, dont la carrière discographique a débuté en 2006 et qui a donné lieu à des collaborations audacieuses avec des artistes comme Dave Matthews et le guitariste de jazz John Scofield, à un album avec l'auteure-compositrice-interprète américaine Julia Easterlin et à deux disques avec l'artiste israélien Idan Raichel sous le nom de Touré-Raichel Collective. « Au début de ma carrière, les gens m'ont demandé pourquoi je ne suivais pas simplement mon père. Mais il était important pour moi d'établir ma propre identité », dit Vieux. « Maintenant que les gens savent ce que je peux faire, je peux revenir à ces racines avec fierté et, je l'espère, une certaine autorité. » Enregistré à Bamako dans le home studio de Vieux, les grooves intemporels de l'album sont imprégnés de la musique traditionnelle d'Afrique de l'Ouest. Mais, la fougue du jeu de guitare de Vieux et l'urgence des messages de ses chansons ajoutent une pertinence tout à fait contemporaine. « Nous ne sommes rien si nous ne montrons pas de respect pour notre passé », note Vieux. « Mais nous pouvons aussi marier la modernité avec la force de nos traditions. » Les dix chansons, toutes des compositions originales, abordent un éventail de sujets traditionnels et contemporains. « Au Mali, beaucoup de gens sont analphabètes et la musique est le principal moyen de transmettre des informations et des connaissances », explique Vieux. « Mon père s'est battu pour la paix et en tant qu'artistes, nous avons l'obligation d'éduquer sur les problèmes auxquels notre pays est confronté, de rallier les gens et de les guider vers la raison. » « Revenir aux racines de cette musique est un nouveau départ pour moi et je n'ai jamais passé autant de temps ou travaillé aussi dur sur un album », dit Vieux. « Je savais qu'il devait être profond, durable et puissant et j'ai donc pris beaucoup de temps pour réfléchir à la façon de le faire et de le mettre en place. » Titres interprétés au grand studio - Gabou Ni Tie Live RFI voir le clip  - Les Racines, extrait de l’album Les Racines - Ngala Kaorene Live RFI voir le clip. Line Up : Vieux Farka Touré, chant et guitare - Adama Kone, calebasse Son : Benoît Letirant & Fabien Mugneret ► album Les Racines (World Circuit / BMG 2022) ► À lire sur RFI Musique Puis, nous recevons Bibi Tanga & the Selenites pour présenter le nouvel album The Same Tree Depuis 2008, date officielle de la création du son Selenites, pas un continent qui n’ait entendu les sonorités rétrofuturistes des hommes de la lune. Avec plus de 200 concerts à leur actif, à Paris, New-York, Dakar, Bombay, Londres, Istanbul, Bangalore, Los Angeles, Bangui, Douala... De l’Asie à l’Amérique, de l’Europe à l’Afrique, des milliers de terriennes et terriens envoutés ont dansé aux rythmes des hommes de la lune. Bibi Tanga & the Selenites ont sillonné la planète, enchaînant les morceaux imparables qui nous accompagnent et nous restent en tête. De Redwine à My heart is jumping, de Be Africa à Poetofthe soul, le quintette a, depuis sa formation, trouvé sa place dans de nombreuses playlists. Autour des vibrations de la voix profonde et de la basse de Bibi Tanga, Eric Kerridge (figure de la scène funk et vertèbre guitaristique de la Malka Family), Arthur Simonini (transfuge ultra-éclectique du Conservatoire national et compositeur de musique de films, notamment pour Céline Sciamma) et Arnaud Biscay (batteur virtuose, entendu aussi bien auprès de Michel Portal, Adrien Soleiman, Malik Djoudi ou Philippe Katerine) sont conduits par l’énigmatique et prolifique Professeur Inlassable, platineur artistique et grand sorcier des samples. Pour leur retour, les Selenites ont puisé dans leurs influences multiples pour nous concocter un écrin de groove aussi dansant qu’hypnotique. Titres interprétés au grand studio - Kindagoso Live RFI - Like A Rolling Stone, extrait de l’album The Same Tree, voir le clip - Trouble (I don’t mind) Live RFI Line Up : Bienvenu Tanga, basse et chant - Le Professeur Inlassable, platines - Karim Attoumane, guitare électrique - Arthur Simonini, clavier et violon - Arnaud Biscay, batterie Son : Benoît Letirant & Fabien Mugneret. ► album The Same Tree (Inlassable Disque 2022) - Voir le clip The Good Side of your Face  - Voir Les Concerts Volants Arte  ► À lire sur RFI Musique
    11/13/2022
    48:30
  • Spéciale 34e édition du festival Africolor du 18/11 au 24/12
    Pour cette 34e édition, nous recevons l’artiste montante du Mali Maïmouna Soumbounou, Vladimir Cagnolari et le directeur artistique Sébastien Lagrave. Maïmouna Soumbounou participera au traditionnel Noël mandingue du 24 décembre. Pour parler d’Africolor, nous laissons la parole à Sébastien Lagrave avec son édito : la fabrique des monstres. Le monstre c’est l’autre ; ce que la nature n’aurait pas dû produire, l’exception de l’espèce, le bizarre, le « freaky ». Entre l’Antiquité, où les géographes peuplaient l’Afrique de monstres, et le calvaire de la Vénus Hottentote au XIXe siècle, le récit de l’Afrique n’a cessé d’être une fabrique de la monstruosité. Aussi, en 2022, Africolor est résolument « monstrueux », rappelant à la scène des monstres sacrés tels le néo-ghanéen Stevie Wonder revisité par Fabrice Martinez, Moriba Koïta joué par son fils ou la résistante kabyle Lalla Fadhma N’Soumer, interprétée par Evelyne El Garby Klaï. Elle clôturera les Mercredis des indépendances, feuilleton autour des pères fondateurs présentés à la Marbrerie avec la complicité de Vladimir Cagnolari, qui retrouve aussi Binda Ngazolo pour une séance de photos de famille coloniales. Du côté des monstres customisés, on ne pouvait oublier la mégapôlistique Kinshasa avec la première francilienne des Kin’Gongolo Kiniata avant Jupiter et Okwess. Et c’est une Fatoumata Diawara taille patron(ne) qui invite les Go de Bamako, au milieu d’une édition aux plateaux « Grand Format » monstrueux : Fanmkika, Évry Femmes d’Espoir, Big in Jazz Collective, Peaux Bleues. Et, puisque les monstres se cachent aussi dans les plis de notre littérature, Ann O’Aro et Fanny Ménégoz font renaître l’inquiétant sourire de la Wouivre. Délibérément hors cadre, cet Africolor 2022 est fait de chimères musicales et de gorgones sonores, réveillant la part du monstre vibrionnant qui sommeille en chacun.e de nous. Qui est Maïmouna Soumbounou ? Après un premier passage remarqué en France avec Vesko l’an dernier à Africolor, Maïmouna Soumbounou, l’étoile montante du Mali, revient réchauffer Montreuil de sa voix virtuose. Celle que l’on surnomme « Oumou Sangaré junior » a, en effet, l’étoffe des grandes divas et transporte dans sa voix les traditions ancestrales wassoulou en leur insufflant une vague de modernité à travers ses propres compositions. Un show made in Bamako à couper le souffle, de quoi enjailler une veillée de Noël. Qui est Vladimir Cagnolari ? Auteur, producteur radio, journaliste, Bal de l’Afrique Enchantée… Un Ambianceur de nos amis ! Il va animer les Mercredis des Indépendances. Playlist Sona Jobarteh Gambia voir le clip Kora Héritière d’une des plus grandes familles de griots d’Afrique de l’Ouest, Sona Jobarteh porte en elle des traditions musicales vieilles de sept siècles. Véritable enfant de la kora, qu’elle apprend auprès de son frère dès l’âge de quatre ans, c’est plus tard, à l’adolescence, qu’elle décide de s’y consacrer entièrement. Mais Sona, c’est aussi une voix qui s’enroule autour des 21 cordes et se pose sur la mélodie des accords. Sans jamais s’envoler bien loin de son héritage musical traditionnel, elle en explore avec modernité toutes les dimensions pour offrir un moment de grâce dont on saisit au vol les belles énergies qui se mélangent. Maimouna Soumbounou Sini voir le clip  Samba Peuzzi Tama voir le clip  Rap La pépite de la musique urbaine sénégalaise Samba Peuzzi est un ex-membre du Posey Gang. C’est dans le quartier de Diacksao à Dakar qu’il pratique ses premiers freestyles et concocte ses premiers clips homemade. Celui qui se fait appeler Ghetto Boy a toujours revendiqué ses racines du quartier, mais affiche aujourd’hui plus de 25 millions de vues sur les plateformes de streaming. Reconnu pour ses textes et son style unique, Samba Peuzzi, à seulement 25 ans, se fait une place de choix parmi les rappeurs du pays de Senghor et galvanise le public avec son flow implacable et ses clips acidulés. À l’occasion de la sortie de son deuxième album Senegal boy deluxe, en décembre 2021, la star sénégalaise 2.0 arrive pour ses premières dates en Europe. Jocelyn Balu et Borumba Marie-Louise, voir le clip Rumba congolaise - Création La rumba coule dans les veines de Jocelyn Balu comme la Primus arrose le zinc des maquis de Kinshasa. À l’heure où, en 2021, la rumba vient d’être inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco, Jocelyn Balu et ses compères nous embarquent pour un voyage dans la fièvre du Kinshasa des années 40 à 70, à l’âge d’or de la rumba congolaise. Pour le plaisir de nos oreilles -et aussi pour faire onduler nos bassins- Borumba réinterprète les plus grands tubes, de Basi nionso tapale au refrain cultissime de Marie Louise, et rend hommage à ces pionniers incontournables qui ont bercé leur enfance. Les Go de Bamako Baara Girlsband 100% féminin - création Africolor 22  Après sa création à Africolor en 2021, le tout premier girls band malien 100% féminin revient cette année : les Go de Bamako. Et comme tout music’s band réussi, les Go donnent de leur voix tout autant qu’elles nous offrent un show total, entre les Go de Kotéba et les Destiny’s Child, sans jamais rien lâcher. Cette recette parfaite s’agrémente d’une pincée de nouveauté, car pour la première fois au Mali, le groupe est accompagné d’un set électro balancé sur scène en live par DJ Majo et DJ Fantastik. Alors place aux Go qui reviennent pour élargir nos oreilles tout en nous laissant comme une envie fiévreuse de s’agiter et de reprendre en chœur des tubes inédits. Mwezi WaQ Musique comorienne – Création Combo comorien, Mwezi WaQ., porté par la voix de Sœuf Elbadawi, repart sur les routes avec Le blues des sourds muets. Issu d’un pays où la musique a longtemps été le lieu de mémoire du peuple, Mwezi WaQ. a choisi de reprendre une tradition de parole brute, initiée par les Anciens. Une parole tout en rythmes, ancrée dans le quotidien et dans la langue du peuple comorien. Les six interprètes (guitares, violoncelle, percussions, chœurs et chant) se mettent au service d’un répertoire de mélodies, tantôt revisitées, tantôt inédites et solidement amarrées à leur modernité. Ils y parlent d’un archipel au destin fracassé, de la douleur des disparus et de l’exil, mais aussi d’une utopie collective où les forces du pouvoir s’inverseraient pour laisser place à une société plus humaine. Mwezi WaQ. délivre une musique poétique, tout droit venue des îles de la Lune (Comores), où le patrimoine est habilement revisité pour créer un pont entre le passé enfoui et l’espérance d’un monde meilleur. Maimouna Soumbounou «Ne Ba» bio, voir plus haut.
    11/12/2022
    48:30
  • Spéciale Jazz’n’klezmer avec Les Marx Sisters, Boogie Balagan et Laurence Haziza
    Le festival francilien Jazz’n’klezmer fête ses 20 ans avec ses 3 mots-clés : yiddish, klezmer et jazz. Les Marx Sisters et Boogie Balagan, à l’affiche 2022, interpréteront 2 titres dans la #SessionLive et Laurence Haziza, directrice artistique présentera 2 groupes à l’affiche : Jowee Omicil & Randy Kerber et Yemen Blues.  Qui sont les Marx Sisters ? Marx est leur vrai nom. On a beau jeter un œil du côté de Groucho, Chico ou Harpo, rien n’y fait, ce sont bien des sœurs et elles chantent en yiddish. Marx Sisters est un groupe français de musique juive ashkénaze venant du Yiddishland d'Europe Centrale, mais interprète également un répertoire des chansons de comédies musicales de compositeurs juifs des États-Unis. Le groupe a été fondé par Mano Siri en 2012. Le groupe perpétue le répertoire yiddish et klezmer dans ce qu'il a de festif et d'universel. Le groupe débute en duo familial : Mano Siri accompagne sa fille Leah Marx à la guitare avec l'idée de perpétuer un répertoire ashkénaze traditionnel. Le duo devient quatuor lorsque les deux autres filles de Mano Siri, Judith Marx et Milena Marx décident de s'y joindre. Le groupe s'étend à deux musiciens du cercle des connaissances : Raphaël Setty et Benjamin Chabert. Le groupe forme un quintet, soutenu ponctuellement dans certaines prestations par des musiciens invités. Arum dem Fayer est le 2ème album des Marx Sisters dédié à la maman Mano Siri, aujourd’hui disparue.   - Voir le clip « Oy mame bin ikh farlibt »  Titres interprétés par les Marx Sisters au grand studio Hulyet hulyet kinderlekh Live RFI A glezele yash Live RFI Line Up : Judith Marx : voix, Leah Marx : voix, Benjamin Chabert : voix contrebasse, Raphaël Setty : voix accordéon. Son : Jérémie Besset et Mathias Taylor. ► Album Arum dem Fayer (Once Rd 2022). Concert 21/11 Paris Bellevilloise avec So Called.   Playlist Laurence Haziza - La Gonave Jowee Omicil & Randy Kerber  - Aane Yemen Blues. Puis nous recevons le duo israélien Boogie Balagan dans une seconde #SessionLive.   Après le mythique Lamentation Walloo, les voilà de retour pour le bonheur de tous et notre plus grande joie ! L’ordre, pour quoi faire ? Le Balagan vaut cent fois mieux. Boogie Balagan c’est « la décontraction obligatoire du delta du Mississipi au mont Sinaï, un cocktail de Julio Iglesias et de tequila boumboum, de Joe Strummer shooté à la harissa ». À Bab’Hell, Azri et Gabri l’ont senti venir et pendant que les autres hurlaient pour des pierres, eux, sont partis accomplir leur mission de troubadour en emportant avec eux une langue polymorphe et évolutive, mélange, jusqu’ici, d’anglais, d’hébreu, d’arabe, d’espagnol, de français et de turc. - Voir le clip Ace of Spades feat. Boogie Balagan, rev James Leg, Itamar haparpar.   Titres interprétés au grand studio par Boogie Balagan - Lonely Donkey H’Mar Live RFI - Jungle Boogie, extrait futur album reprise de Kool And The Gang - Ayooni please come home Live RFI Line Up : Azri (Shlomo Laurent Stupaj) et Gabri (Arieh Sztantman) guitares-voix. Son : Mathias Taylor & Benoît Letirant.
    11/6/2022
    48:30

Radios similaires

À propos de RFI - Musiques du monde

Site web de la radio

Écoutez RFI - Musiques du monde, RFI - Radio foot internationale ou d'autres radios du monde entier - avec l'app de radio.fr

RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

Téléchargez gratuitement et écoutez facilement la radio et les podcasts.

Google Play StoreApp Store

RFI - Musiques du monde: Podcasts du groupe

RFI - Musiques du monde: Radios du groupe