Partner im RedaktionsNetzwerk Deutschland
AccueilPodcastsInterview
RFI - Le coq chante

RFI - Le coq chante

Podcast RFI - Le coq chante
Podcast RFI - Le coq chante

RFI - Le coq chante

ajouter

Épisodes disponibles

5 sur 24
  • La Compagnie du Miel à Madagascar
    Madagascar est réputée pour la richesse de ses écosystèmes. Malheureusement, la pauvreté qui accable les populations contraint les gens à se livrer à des pratiques comme la culture sur brûlis, le déboisement et le charbonnage. Toutes ces pratiques sont nuisibles pour l’environnement. C’est dans ces conditions que quatre copains décident de lancer la Compagnie du Miel en 2017. (Rediffusion) La production de miel est indissociable de la préservation de la biodiversité. Et l’Afrique a l’avantage d’être encore préservée de l’industrialisation de masse. L’apiculture peut donc se développer sans les contraintes que l’on connaît dans les pays dits développés. Cela, c’est la théorie. Dans la pratique, il en va autrement. Et les promoteurs de la Compagnie du Miel vont devoir affronter quelques difficultés. Quand on introduit un matériel nouveau et une nouvelle façon de travailler dans un terroir, il y a d’abord une phase de sensibilisation et une phase de formation. Et là, ces différentes phases sont délicates et plus ou moins longues parce que le travail d’apiculteur est une activité qui requiert un certain savoir-faire. Un autre problème, cette sensibilisation et cette formation interviennent alors que le travail n’est pas encore rentable pour le paysan. Invités - Thibaut Lugagne Delpon, membre fondateur de la Compagnie du Miel - Christian Randrianavosoa, responsable technique de la Compagnie du Miel à Madagascar. Production : Sayouba Traoré Réalisation : Ewa Piedel
    3/18/2022
    19:30
  • La Fédération nationale de transformateurs d’ananas du Bénin
    Du point de vue agronomique, le Bénin bénéficie d’un climat tropical chaud et humide, avec une moyenne de température comprise entre 22 et 24 degrés, et un taux d’humidité entre 65 et 95%. Ce qui est favorable à la production de ce fruit. Les volumes de production sont actuellement de l’ordre de 40 000 tonnes par an. Les zones de production d’ananas sont localisées dans la zone sud du pays, où les niveaux de pluviométrie sont les plus importants, et notamment dans les départements de l’Atlantique, de l’Ouémé, du Plateau, du Mono et du Couffo. Le département de l’Atlantique reste incontestablement le premier producteur. Sept de ses neuf communes administratives (Abomey-Calavi, Allada, Kpomassè, Ouidah, Toffo, Tori et Zè) s’adonnent à la production d’ananas. Ce département, qui comptabilise environ 10% de la population béninoise, concentrerait près de 80% de la production totale d’ananas sur les 2 000 hectares cultivés actuellement au Bénin. On estime que 10 000 personnes sont impliquées dans la production, et à près de 100 000 personnes directement ou indirectement impliquées dans la filière (production, transformation, transport…). L’ananas est destiné à plus de 95% à la vente, et fait de plus en plus l'objet de transformation par certains groupements de femmes en jus d’ananas. Pour maîtriser tout le processus, le ministère béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche a mis sur pied une plateforme des acteurs de la filière ananas. Cette plateforme regroupe les producteurs, les transformateurs, la distribution, les instituts de recherche et les financiers. Le but étant d’augmenter la production, et la qualité, d’améliorer la commercialisation des fruits frais, mais aussi des produits dérivés sur les marchés régionaux et internationaux. Invitées : - Félicité M. Hounhouigan née Djivoh, directrice de l’entreprise Magnificat, membre de la Fédération nationale de transformateurs d’ananas du Bénin - Dossou Eléonore, productrice agricole et transformatrice d’ananas à Zè, dans le département de l'Atlantique. (Rediffusion)   Production : Sayouba Traoré Réalisation : Ewa Piedel
    3/11/2022
    19:30
  • Lutter contre les mariages précoces et les mariages forcés
    Le Coq chante a décidé de célébrer la journée du 8 mars 2022 à sa manière. Une première précision : le 8 mars, ce n’est pas la fête des femmes, mais la Journée internationale des droits des femmes. Nous allons donc parler de polygamie, d’excision, de mariages précoces, de mariages forcés, et toutes ces pratiques sociales qui empêchent un réel épanouissement des femmes dans de nombreux pays. (Rediffusion) Le chemin qui reste à faire pour l’épanouissement des femmes dans le monde est long. Et cela concerne toutes les sociétés, tous les milieux culturels, tous les continents et tous les pays. Chacun à des degrés divers. Et la difficulté principale, c’est qu’on a fait de simples problèmes de santé publique des questions taboues. En parler revient donc à critiquer, ou même offenser une culture ou une religion. Il faudra bien qu’un jour ou l’autre, les sociétés humaines trouvent le moyen de dépasser ces difficultés qui sont totalement artificielles. Parce qu’il faut savoir que chaque année, 12 millions de filles sont mariées avant 18 ans dans le monde, soit 1 fille sur 5, selon l’ONG Plan international. En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, plus de 4 jeunes femmes sur 10 sont mariées avant leur dix-huitième année. (Rediffusion du 7 mars 2021)   Invitée : - Mme Diaryatou Bah, Guinéenne, féministe, militante associative, fondatrice de l’association «Espoirs et combats des femmes». Production : Sayouba Traoré Réalisation : Ewa Piedel.
    3/4/2022
    19:30
  • Le mécanisme de gestion des plaintes (MGP) de Sama, au Burkina Faso
    Un mécanisme de gestion des plaintes, c’est un comité qui regroupe les acteurs des filières de l’élevage dans une commune ou un village. On a les agents de santé animale qui relèvent du ministère de l’élevage, les éleveurs, les commerçants locaux, et bien évidemment les notabilités traditionnelles. Le rôle de ce MGP, c’est de prévenir tout conflit pouvant gripper la bonne marche des affaires. On doit veiller à la sécurité foncière. Qu’un villageois ne vienne pas un jour revendiquer le terrain sur lequel est bâti un marché de bétail, un poste vétérinaire ou un abattoir. La sécurité tout court. Qu’un acteur ne vienne pas abattre et vendre un animal volé. La salubrité des équipements. Il s’agit de veiller à la santé animale, afin de protéger les gens qui vont consommer la viande et autres sous-produits de l’élevage. Le village de Sama fait partie de la commune de Kouka, dans la région de la Boucle du Mouhoun au Burkina Faso. Quant à la commune de Kouka, elle comprend le chef-lieu et 16 autres villages. La zone est caractérisée par une insécurité foncière qui mobilise les populations dans des marches de protestation, insécurité tout court du fait de la proximité avec la frontière du Mali, et bien d’autres problèmes entre habitants d’un même village. Et c’est tout cela qui a motivé la mise en place d’un mécanisme de gestion des plaintes.   Invités - Patrick Ouédraogo, responsable de l’unité d’animation technique d’élevage de Sama. - Dao Paul, chef de village, président du Conseil villageois de Développement de Sama. Production : Sayouba Traoré Réalisation : Ewa Piedel
    2/25/2022
    19:30
  • La situation de l’élevage au Sénégal
    Cela peut étonner, mais le secteur de l’élevage représente 3,6% du PIB du Sénégal. L’explication est simple. Cet élevage fait face à des difficultés qui ralentissent son développement. On enregistre une faible productivité en lait et en viande. Le pays est contraint d’importer pour satisfaire la demande nationale. Pourtant, le potentiel est bien réel. Du fait de sa position géographique et des caractéristiques climatiques et environnementales, on peut tout élever au Sénégal. Le système d'élevage prédominant, c’est la transhumance. Un système dit traditionnel ou extensif qui se pratique dans de vastes zones au nord. Aujourd’hui, l’élevage au Sénégal est affecté par l’incertitude climatique et les pressions de la démographie. Ce qui se traduit par la raréfaction des ressources naturelles (principalement l’eau et le fourrage), les conflits éleveurs agriculteurs qui sont obligés de se partager un territoire réduit. Dans le cadre du dernier sommet de l’Élevage à Clermont-Ferrand en France, nous avons voulu savoir plus. Et c’est dans le cadre du club international que nous avons discuté avec la délégation ce pays, délégation conduite par les responsables du ministère de l’élevage et des productions animales.   Invités - Khalilou Sow, directeur de cabinet du ministre sénégalais de l’Élevage et des Productions animales - Manbale Sow, directeur du Centre national d’amélioration génétique de Dhara.   Production : Sayouba Traoré Réalisation : Ewa Piedel.
    2/18/2022
    19:30

Radios similaires

À propos de RFI - Le coq chante

Site web de la radio

Écoutez RFI - Le coq chante, RFI - Radio foot internationale ou d'autres radios du monde entier - avec l'app de radio.fr

RFI - Le coq chante

RFI - Le coq chante

Téléchargez gratuitement et écoutez facilement la radio et les podcasts.

Google Play StoreApp Store

RFI - Le coq chante: Podcasts du groupe

RFI - Le coq chante: Radios du groupe