Radio Logo
RND
Écoutez {param} dans l'application
Écoutez RFI - Bonjour l'Europe dans l'application
(26.581)(171.489)
Sauvegarde des favoris
Réveil
Minuteur
Sauvegarde des favoris
Réveil
Minuteur
AccueilPodcastsSociété
RFI - Bonjour l'Europe

RFI - Bonjour l'Europe

Podcast RFI - Bonjour l'Europe
Podcast RFI - Bonjour l'Europe

RFI - Bonjour l'Europe

ajouter

Épisodes disponibles

5 sur 24
  • Bonjour l'Europe - Serbie: jour-J pour les élections législatives et municipales
    La Serbie organise ce dimanche 21 juin des élections législatives et municipales, alors que le pays, à peine sorti du confinement, connaît un regain de l’épidémie de Covid-19. Le président Vucic escompte un plébiscite mais l’opposition appelle au boycott. Pourquoi le scrutin est-il organisé aujourd’hui ? de notre correspondant à Belgrade, Des élections locales devaient avoir lieu ce printemps, et le président Vucic a voulu y coupler des législatives anticipées, alors même que l’homme fort de la Serbie dispose déjà d’une majorité absolue au Parlement, afin d’être en position de force, alors que le calendrier des négociations avec le Kosovo devrait s'accélérer Le scrutin était initialement prévu le 12 avril, mais il a du être repoussé à ce 21 juin en raison de l’épidémie de Covid-19. La Serbie est aujourd’hui totalement sortie du confinement, mais le pays, ainsi du reste que ses voisins des Balkans, notamment la Macédoine du Nord, connaît effectivement une inquiétante hausse des contaminations depuis une dizaine de jours. L’opposition appelle au boycott. Presque toutes les formations d’opposition représentées dans l’actuel Parlement appellent au boycott, depuis le Parti démocrate (centre gauche) jusqu’au mouvement d’extrême droite Dveri. De très nombreuses organisations de la société civile appellent également au boycott. Avec des médias monopolisés par le pouvoir, une omniprésence de la figure du président Vucic, une dérive autoritaire accentuée par l’état d’urgence sanitaire, les conditions ne sont absolument pas remplies pour envisager des élections libres et démocratiques. Néanmoins, 21 formations vont briguer les suffrages des citoyens. Parmi elles, de nouveaux groupes d’extrême droite, mais aussi deux listes issues des mobilisations anti-régime de l’année 2019, qui ont fait le choix de la participation. Alors qu’il est nécessaire de déposer 10.000 signatures pour déposer une liste, les partisans du boycott soupçonnent le régime d’avoir donné un coup de pouce à ces listes, afin de donner une apparence de crédibilité à ces élections, mais aussi de se créer une opposition « sur mesure ». En tout état de cause, le président Vucic attend un plébiscite… Assurément, l’issue du scrutin ne fait guère de doutes, le Parti progressiste serbe d’Aleksandar Vucic est quasiment assuré de disposer à nouveau de la majorité absolue au sein du futur Parlement. Pour le maître de Belgrade, l’enjeu est d’avoir les coudées franches, alors que les échéances devraient se précipiter à propos du Kosovo. Dès samedi 27, Aleksandar Vucic et son homologue kosovar Hashim Thaçi sont convoqués à la Maison Blanche, où les bases d’un accord politique entre Belgrade et Pristina devraient être annoncées. Alors que les deux capitales bruissent de rumeurs, on ignore quelles pourraient être ces bases politiques, mais l’administration Trump semble en tout cas décidée à boucler au plus vite le dossier. Les États-Unis ont repris la main sur la dialogue Kosovo-Serbie, marginalisant l’Union européenne, divisée sur le sujet. ►À lire aussi : Le nouveau gouvernement du Kosovo fait un pas vers le dialogue avec la Serbie
    6/21/2020
    3:10
  • Bonjour l'Europe - Pétrole: le pari calculé de Moscou face à Riyad
    C'est un bras de fer sans précédent qui se joue depuis une semaine entre l'Arabie saoudite et la Russie. Les deux superpuissances du pétrole sont en désaccord sur la conduite à tenir face au coronavirus et à son impact sur les cours du brut. Conséquence, une « guerre des prix » qui pourrait avoir un impact très lourd sur l’économie russe. de notre correspondant à Moscou, « Nous avons suffisamment de ressources pour préserver notre économie » en cas d’effondrement des cours du brut. Vladimir Poutine l’a clairement fait savoir ce mercredi 11 mars, il considère que son pays est capable de tenir tête à l’Arabie saoudite dans la guerre des prix, et des nerfs, qui a débuté. A l’origine de ce conflit, le refus de Moscou de baisser sa production d’or noir, malgré les demandes de l’OPEP, Riyad en tête. La Russie était déjà réticente à prolonger l’accord de 2016 et a décidé, le 6 mars dernier à Vienne, de ne pas aller plus loin. Aux yeux des producteurs russes, cette politique de modération de la production ne pouvait en effet que profiter aux groupes américains, libres de gagner des parts de marché en profitant d’un cours du brut assez élevé. Tous ceux qui à Moscou réclamaient l'abandon de cette politique de modération de la production ont donc obtenu gain de cause, avec le soutien de Vladimir Poutine. Trésor de guerre Malgré les déclarations bravaches du président russe, les conséquences pour l’économie russe pourraient cependant être lourdes. Baisse du rouble, effondrement de la bourse de Moscou, inflation importée… C’est un jeu dangereux pour la Russie. Mais un pari calculé aux yeux de certains observateurs, qui estiment le pays mieux armé qu’il y a quelques années pour se lancer dans ce genre d’aventures. La Russie s’est en effet dotée d’un trésor de guerre considérable, une réserve stratégique évaluée à 150 milliards de dollars, qu’elle peut utiliser justement dans ce genre de situation, lorsque les cours du brut s’effondrent. « Même avec un baril en dessous de trente dollars, déclarait récemment le ministre russe des Finances Anton Silouanov, nous pourrons facilement financer nos dépenses durant quatre ans. » D’un point de vue strictement budgétaire, la Russie peut voir venir… Mais une guerre des prix dans le secteur qui est tout de même le plus important pour son économie pourrait peser lourdement sur la croissance… et entraver les ambitions économiques de Vladimir Poutine, qui s’est fixé un objectif de 3% de croissance largement hors d’atteinte.
    3/13/2020
    2:58
  • Bonjour l'Europe - Coronavirus en Espagne: le gouvernement renforce les mesures de prévention
    En Espagne, le chef de l’exécutif socialiste, Pedro Sanchez, a réagi tard. Mais, regardant ce qui se passe en Italie et ailleurs, il a fini par prendre des mesures drastiques de prévention face au coronavirus. L'épidémie a fait 47 morts, et plus de 2 000 personnes sont infectées, essentiellement à Madrid, mais aussi au Pays basque ou à La Rioja. Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau « Ne relâchons pas l’effort, et ne croyons surtout pas que l’affaire va se régler en peu de temps » : c’est le message essentiel adressé par le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez aux Espagnols. Un Pedro Sanchez qui a commencé timidement dans la gestion de cette crise sanitaire et qui désormais a pris les rênes avec volontarisme. D’après lui, les semaines à venir vont être difficiles,et il faut s’attendre à combattre le fléau du coronavirus jusqu’à une durée de quatre mois. Dans les trois foyers principaux, Madrid, la Rioja et le Pays basque, les mesures prises sont de plus en plus sérieuses. Contrôles drastiques dans les aéroports, vols directs interdits avec l’Italie, annulation de tous les événements sportifs dans les prochaines semaines. Douze prisons ont été placées à l'isolement, avec à l’intérieur 8 000 prisonniers fous de rage. Quelque 300 d’entre eux ont d’ailleurs réussi à s’enfuir.   Dans la capitale surtout et ses 6 millions d’habitants, écoles, lycées et universités sont fermés; les trois grands musées aussi, dont le Prado. Les réservations d’hôtels sont en chute libre, avec une baisse de 15%. Les grands concerts sont annulés. L’essentiel de la vie culturelle est gelé. On peut constater que les restaurants sont presque déserts, et que par contre les supermarchés sont pris d’assaut. Une forte rumeur parcourt la capitale disant qu’elle pourrait être fermée d’ici peu par les autorités, rumeur démentie par la présidente de la région Diaz Ayuso. Et ce, même si de nouvelles mesures drastiques sont attendues dans les prochains jours. Des effets économiques déjà sensibles Le tourisme, qui est la principale source de revenu pour les finances publiques et pour des milliers d’entreprises liées à l’hôtellerie et aux services, souffre déjà des effets de l'épidémie. L’État va devoir injecter des centaines de millions d’euros pour garantir les services sanitaires et pour les entreprises qui vont connaître une baisse de leur productivité. Il est d'ailleurs recommandé d'avoir recours au télétravail. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, a aussi prévenu la Commission européenne qu’il ne pourrait pas respecter le plafond de déficit public fixé à 1,6%.  L’affaire du coronavirus se politise en Espagne Selon le patronat, cette crise est l’occasion idéale pour baisser les impôts et libéraliser davantage l’économie. Argument aussi brandi par l’opposition de droite, qui accuse Pedro Sanchez d’avoir réagi tardivement et sans assez de fermeté. Le chef de l’opposition de droite, Pablo Casado, estime, lui, qu’il faut interdire tous les rassemblements publics et même festifs, la Semaine sainte, la Feria de Séville ou les Fallas de Valence. La question fait débat. De son côté, le parti d’ultra-droite Vox s’est publiquement excusé d’avoir organisé dimanche dernier un meeting de 9 000 personnes, meeting au cours duquel son secrétaire général, Ortega Smith, a été infecté par le coronavirus.
    3/11/2020
    2:26
  • Bonjour l'Europe - Russie: une multitude de nouveaux partis pour brouiller les élections
    En Russie, l’apparition d’une multitude de petits partis ces derniers mois suscite de nombreuses questions. Certains n’hésitent pas à qualifier ces nouveaux partis de « trompe-l’œil » créés de toutes pièces pour diviser et affaiblir l’opposition. Le dernier de ces partis a été fondé la semaine dernière, il s’appelle « Démocratie directe » et il a été fondé par le créateur de l’un des jeux vidéo les plus célèbres de la planète. Le nom de Viatcheslav Makarov ne vous dit peut-être pas grand-chose. En revanche, son jeu vidéo World Of Tanks, est l’un des plus gros succès de ces dernières années. Son créateur âgé de 40 ans a décidé d’abandonner son jeu et son entreprise pour se lancer en politique. Cela pourrait prêter à sourire, si ce nouveau parti était un cas isolé, mais depuis la fin de l’année 2019 c’est en réalité une multitude de petits partis qui ont été créé, des partis de niche, ciblant des publics très précis. L’un des plus remarqués étant le parti de l’écrivain nationaliste Zakhar Prilepine, connu pour avoir combattu auprès des séparatistes du Donbass ukrainien. Au total, selon un décompte de l’Agence France-Presse, 39 partis ont été créé en 2019, dont près de la moitié rien qu’au dernier trimestre. Ces partis ont tous pour ambition de participer aux élections locales de l’automne prochain, avec comme objectif ensuite : obtenir suffisamment de voix pour avoir le droit de présenter des candidats aux législatives de 2021. Une profusion de nouveaux partis Cette explosion du nombre de nouveaux partis est d’autant plus étonnante que d’autres formations de l’opposition n’ont toujours pas eu la possibilité d’enregistrer leur propre parti : c’est le cas de celui qui est considéré comme le plus fervent opposant au Kremlin, Alexei Navalny, qui essaie depuis des années, en vain, d’enregistrer sa propre formation politique. En réalité, ces nouveaux partis ont été soit créés, soit encouragés par les autorités. C’est ce qu’ont expliqué des sources proches de l’administration présidentielle cité par la presse russe, notamment le site Meduza et le journal Vedomosti. Les objectifs de cette stratégie seraient multiples : doper la participation, disperser le vote contestataire, et par ricochet, aider le parti au pouvoir Russie Unie, à converser sa majorité. Le parti Russie unie à la popularité en chute libre La chute de popularité du parti Russie unie est un très gros problème pour Vladimir Poutine à l’approche des législatives de 2021. La création de cette multitude de partis serait donc une manière de préparer l’échéance, selon le journal en ligne Meduza. L’administration présidentielle distingue à ce petit jeu deux sortes de formations politiques : celle comme Démocratie directe, du créateur du jeu vidéo World of Tanks, qui ne sont là que pour la galerie, pour donner l’impression d’une véritable démocratie et pour ôter des voix à l’opposition. Et celles plus sérieuses, plus solides, qui présenteront des listes aux législatives, qui pourront avoir des députés, en partant du principe qu’une fois au Parlement, ces parlementaires voteront dans le sens souhaité par les autorités.
    3/9/2020
    3:07
  • Bonjour l'Europe - Réfugiés: fortes tensions à Lesbos après l'ouverture de la frontière turque
    En Grèce, la situation reste très tendue à la frontière terrestre avec la Turquie, qui a ouvert depuis le 29 février ses frontières à destination de l’Union européenne. Plusieurs milliers de demandeurs d’asile et de migrants y sont toujours bloqués dans la zone tampon entre les deux pays, occasionnant des heurts réguliers avec la police grecque. Le président turc a en revanche légèrement relâché la pression sur les iles grecques de la mer Égée en donnant à nouveau l’ordre ce week-end à ses garde-côtes d’empêcher les départs par la mer. Après l’ouverture des frontières turques fin février, des bateaux transportant plus de 500 migrants ont accosté début mars sur l’île de Lesbos, où se situe en particulier Moria, le plus grand camp d’Europe. Considérant que ces réfugiés sont instrumentalisés par le régime du président Erdogan, la Grèce a décidé unilatéralement de ne plus prendre en compte aucune demande d’asile au cours du mois de mars. Et de considérer comme hors-la-loi toute les personnes arrivées « illégalement », au grand dam des défenseurs des droits de l’homme.Les nouveaux arrivants ont donc été arrêtés, et maintenus dans le port de la ville puis sur une frégate militaire, sans jamais être acheminés vers le camp saturé de Moria, qui compte déjà plus de 20 000 demandeurs d’asile. Cette frégate était toujours à quai, à Mytilène, la capitale de l’île de Lesbos, samedi 7 mars.En théorie, le ministre grec en charge de la Migration a fait savoir en milieu de semaine que l’ensemble des personnes entrées illégalement sur le territoire seraient transférées vers la ville de Serres, dans le nord de la Grèce, avant d’être renvoyées dans leur pays. Reste à voir si Athènes renverra effectivement une partie de ces migrants vers des zones de conflits. L'île de Lesbos toujours sous tension Samedi 7 mars au soir, un nouvel incendie a ravagé un centre communautaire destiné aux demandeurs d’asile au nord de Mytilène, une semaine après qu’un centre de transit du Haut-commissariat aux réfugiés avait lui aussi brûlé, dans le nord-est de l’île. Par ailleurs, le gouvernement grec vient d’annoncer la création de deux nouveaux camps, supposés temporaires, pour héberger près de 1 000 personnes, l’un vers la ville de Serres et l’autre dans la région d’Athènes. L’idée étant d’y acheminer les migrants arrivés à partir du mois de mars, dans l’optique de ne pas engorger encore davantage les camps des îles, comme à Lesbos, où la tension reste donc très forte. Des relations greco-turques détériorées La Grèce et la Turquie, théoriquement alliés au sein de l’Otan, s’accusent de tous les maux. Ankara accuse notamment la Grèce d’être à l’origine de la mort d’au moins trois personnes à la frontière en utilisant des tirs à balles réelles   des accusations rejetées par Athènes qui les qualifient de « fake news ». De son côté, le premier ministre Kyriákos Mitsotákis dénonçait vendredi 6 mars sur CNN ce qu’il qualifiait de « provocation » turque en affirmant qu’Ankara assistait les migrants d’un point de vue logistique pour les envoyer vers la frontière grecque. Des réfugiés et des migrants qu’Athènes considère comme des « pions géopolitiques » utilisés par Ankara pour promouvoir ses propres intérêts.
    3/8/2020
    3:17

À propos de RFI - Bonjour l'Europe

Site web de la radio

Écoutez RFI - Bonjour l'Europe, RFI - Géopolitique, le débat ou d'autres radios du monde entier - avec l'app de radio.fr

RFI - Bonjour l'Europe

RFI - Bonjour l'Europe

Téléchargez gratuitement et écoutez facilement la radio et les podcasts.

Google Play StoreApp Store

RFI - Bonjour l'Europe: Podcasts du groupe

RFI - Bonjour l'Europe: Radios du groupe

Information

En conséquence des restrictions de votre navigateur, il n'est pas possible de jouer directement la station sur notre site web.

Vous pouvez cependant écouter la station ici dans notre Popup-Player radio.fr.

Radio